Warning: "continue" targeting switch is equivalent to "break". Did you mean to use "continue 2"? in /homepages/21/d473947833/htdocs/clickandbuilds/mariellenicolas/wp-includes/pomo/plural-forms.php on line 210
Aconcagua 6962m expédition en autonomie! - marielle nicolas

marielle nicolas

Trekaventures autour du monde

Aconcagua 6962m expédition en autonomie!

Voici le récit de l’expédition et l’ascension du plus haut sommet d’Amérique, le célèbre Aconcagua qui culmine à 6962m. [Par Nicolas]

Vue des Andes de l’avion, et vue sur l’impressionnant Aconcagua!

Préparation:

Depuis des mois j’y pense, j’y rêve, grimper le plus haut sommet d’Amérique et du monde après les grand sommets d’Himalaya. Marielle est montée jusqu’à 6088m avec moi mais cette fois le froid et la longueur de l’expédition lui font préférer la douceur de Mendoza et ses beaux vignobles où elle va travailler en auberge de jeunesse en m’attendant.

La voie normale de l’Aconcagua étant peu technique (pas de glacier ou d’escalade) et ayant l’expérience des 6000m et des longs treks je pense pouvoir le gravir en autonomie. La présence de nombreux randonneurs et de services de secours dans le parc Aconcagua est rassurante et même si je pars seul, je sais que je ne serai pas isolé pendant l’expédition.

Les difficultés de l’ascension: très haute altitude qui peut provoquer le MAM mal aigu des montagnes à cause du manque d’oxygène (risque d’oedème pulmonère ou cérébral); l’air très sec dans la région qui accentue le MAM, ses températures négatives extrêmes (-20 à -30°C régulièrement) avec des vents très puissants et froids, la distance très longue pour atteindre le camp de base qui implique une expédition de plus d’une semaine avec tout ce que cela implique.

Quinze jours avant, nous avons passé 1 semaine à plus de 3000m au Chili avec l’ascension du Plomo à 5424m, bon moyen de s’acclimater avant le début de l’expédition. Préparation minutieuses de l’alimentation avec des portions précises pour durer jusqu’à 20 jours dans le parc Aconcagua et vérification du matériel. Enfin le tour des bodégas de Mendoza et ses bins vins m’ont aussi donné force et vitalité. 29 Novembre, après avoir acheté le permis de l’ascension, j’étais serein et prêt pour l’aventure:

Départ 30 Novembre 5h du matin

J1, 30 Novembre 2017: Bus Mendoza-Horcones / Montée Horcones-Camp Confluencia

Dénivelé: +600m, 2800m-3400m

Durée: 3h30, 10h00-13h30

Entrée du parc

Bus Mendoza-Horcones à 6h00 du matin pour rejoindre l’entrée du parc. 3h40 de bus et une fois les formalités administratives du parc réalisées, je m’élance avec mon sac de plus de 25kg.

Objectif en vue

Rio Horcones, Aconcagua au loin

La difficulté des deux premiers jours sera pour moi le sac (les sacs) lourd avec au total près de 25kg: 12kg de nourriture pour 20 jours d’autonomie et 13kg de matériel. Environ 75% des randonneurs passent par une agence ou un guide qui s’occupent du transport de leurs affaires jusqu’au camp de base puis pour toute l’expédition leur préparent à manger, installent leur tente, gérent l’organisation et le guidage, font fondre la neige pour avoir de l’eau… 24,5% prennent seulement le service des muletiers qui portent leurs affaires jusqu’au camp de base pour avoir un sac plus léger lors des deux longues premières journées, puis ils sont autonomes, beaucoup de randonneurs payent aussi les service de repas additionnels et des porteurs qui portent leurs affaires vers les camps supérieurs; enfin 0,5% sont totalement autonomes et portent tout leur équipement du début à la fin. Vous avez compris, je suis dans le 3ème « groupe ».

Contraste mules/hélicoptère

Des dizaines de mules font des allers-retours entre les deux premiers camps pour ravitailler les agences et transporter les sacs des randonneurs. L’hélicoptère aussi monte du matériel aux gardiens du parc et sert surtout en cas d’accident. Plusieurs randonneurs ont été évacués pendant mon séjour dans le parc.

Arrivée à Confluencia

Vue d’ensemble du camp, c’est étonnant! On voit ma petite tente verte à droite, juste au dessus des tentes oranges

Je dois passer un test médical obligatoire, rythme cardiaque, tension et taux d’oxygène sont contrôlés pour autoriser les randonneurs à continuer. Je suis en pleine santé et déjà un peu acclimaté, pas de problème, j’ai mon tampon!

Mon studio d’expédition

Petit siffleur

J2: 1er décembre, Montée Confluencia-Plaza de mulas

Dénivelé: +950m, 3400m-4350m

Durée: 8h30, 7h30-16h00

Voici la journée que je redoute le plus, plus de 20km et 950m de dénivelé avec mes 25kg de matériel.

C’est par là!

Il y a plus de mules que de randonneurs!

Vous avez pu constater que c’est très sec et minéral, un peu de résistance ici..

C’est tout au fond à droite… on ne peut pas se tromper!

Elles sont trop fortes ces mules

On suit le rio horcones, avec tous les sédiments il est marron!

Je fais quelques pauses quand même…

Je suis suivi par des randonneurs… légers

On y est presque, c’est au bout de la vallée!

Enfin, Plaza de Mulas

La journée était longue mais pas si dure, je ne suis pas cassé. Cette vallée est impréssionante, très aride et bordée de sommets à 5000m très colorés. Les couleurs rouge, jaune, orange, marron, vert sont superbes!

Une vrai petit « village » de randonneurs

Après les formalités d’entrée dans le camp, j’installe ma tente, visite les lieux, discute avec quelques randonneurs et fais une longue nuit bien méritée!

J3: 2 décembre, Repos à Plaza de Mulas

Petits flocons sur le camp

Après la longue journée d’hier, repos! Je me sens bien, pas de courbatures ou de mal de tête, je rencontre des randonneurs qui préparent l’ascension, personne n’a encore fait le sommet, nous sommes en début de saison, le parc étant ouvert de fin Novembre à début Mars.

Soleil le matin et nuage et vent l’après midi et la nuit, ce sera la météo des 5 premiers jours.

Je passe mon contrôle médical, tout va bien, je peux monter! Certains randonneurs n’arrivent pas à s’acclimater et le médecin les oblige à rester au camp ou même à redescendre dans certains cas inquiétants, plusieurs personnes seront évacuées par hélicoptère durant la semaine.

Au dessus du camp, vent et légère neige, grand froid!

J4: 3 décembre, Portage et Acclimatation Plaza de Mulas-Canada-Plaza de Mulas

Dénivelé: +700m, -700m, 4350m-5050m-4350m

Durée: 2h40, 08h30-11h10, retour 45min, 14h15-15h00

Aujourd’hui je monte au camp canada, dit camp1 pour m’acclimater et y laisser du matériel pour les prochains jours. Je monte 10kg de nourriture que je place sous des rochers. Cela permet de monter mes affaires en deux fois pour que ce soit moins pénible.

Vue du camp de base Plaza de Mulas

Courte distance mais c’est raide!

Les sommets autour sont superbes

Vue sur le camp de base

Vous voyez ma tente tout à gauche!?

Zoom!

La montée est courte mais très raide et glissante. Le temps est très clément, grand soleil chaud et sans vent, les températures son positives. Arrivé à Canada sans problème je mange, fais une petite sieste et sympatise avec deux Américains Brian et Denis.

Camp Canada presque vide

Avec Brian à la descente

J5: 4 décembre, Montée Plaza de Mulas-Canada

Dénivelé: +700m, 4350m-5050m

Durée: 2h15, 10h45-13h00

Un peu plus de monde today à Camp Canada

Après une nuit de repos, je monte à Camp Canada pour y rester deux nuits.

Studio en place, grande terrasse, vue magique

Beau Condor au dessus du camp

Ici pas d’eau de rivière, à partir de ce jour je vais devoir faire fondre de la neige pour boire et cuisiner.

Demain on va là-haut

J6: 5 décembre, Portage Acclimatation Camp Canada-Nido de Condores-Camp Canada

Dénivelé: +530m, -530m, 5050m-5580m-5050m

Durée: 1h40, 10h50-12h30 / retour 30min, 14h00-14h30

J’avais prévu de me reposer le jour 6 mais étant en pleine forme, je monte 9kg de nourriture et reste 1h30 au camp suivant à 5580m d’altitude. C’est proche mais raide.

Porteurs chargés

Enfin de la neige!

Nido de Condores, grand plateau dégagé, un peu frais…

Au loin le sommet Mercedario

Le sommet est « proche »…

Bonne acclimatation, je suis en forme et redescend en courant en 30min. Demain, je reviendrai avec la tente.

J7: 6 décembre, Montée Canada-Nido de Condores

Dénivelé: +530m, 5050m-5580m

Durée: 1h40, 10h50-12h30

Les cartes annoncent environ 4h entre chaque camp et la majorité des groupes mettent plusieurs heures avec un pas très lent lié au manque d’oxygène et la pente raide. Je suis en forme et les conditions sont bonnes alors j’avance 2 à 3 fois plus vite que ce qui est annoncé.

Vers Nido

Mon camp pour les 5 prochaines nuits à 5580m

Visite du studio, la cuisine

La pièce principale, sans Marielle, je peux m’étaller!

Soupe vermicelle, plat adoré de mon grand papi

Petit déj céréales et fruits secs

Ci-dessus, quelques images de mes repas, au menu:

Petit déjeuner: céréales complètes, muesli avec fruits secs et chocolat en poudre ou thé.

Déjeuner: jambon sec, fromages variés, pain de mie ou crackers complets avec fruits secs.

Dîner: soupes déshydratés variées, nouilles, vermicelles ou semoule et fruits secs

Et pendant la journée et les coups de fatigue, barres de céréales!

J8: 7 décembre, Acclimatation Nido de Condores-Berlin-Nido de Condores

Dénivelé: +520m, -520m, 5580m-5930-5580m

Durée: 1h15, 11h10-12h25, retour 40min 14h20-15h00

Cette journée m’a permis de repérer le chemin et de découvrir le camps  Berlin, 5930m, vide, avec 3 cabanes abris en bois, malheureusement pleins de neige. Puis je suis monté à 6100m, mais pas plus haut pour ne pas me fatiguer mais aussi à cause du vent très fort à cette altitude. Visite aussi du camp Coléra 5970m, 3 tentes.

Là haut

Abris au camp Berlin

Vu de Nido de Condores d’en haut

6100m, petit plateau, vue sur le Mercedario

Camp Coléra, 3 tentes ce jour

Le temps est superbe, les journées sont très ensoleillées mais le mauvais temps peut vite arriver et c’est surtout le vent quotidien qui est très froid, -10, -15°C environ.

Les gardes du parc basés à Nido de Condores nous disent que dimanche 10 décembre, une bonne fenêtre météo s’annonce avec un vent au sommet à 15km/h maximum. Ces jours-ci le vent souffle entre 40 et 70km/h au sommet, ce qui complique l’ascension. Demain, des rafales à 100km/h sont annoncées au camp Nido de Condores.

J9: 8 décembre, Repos Nido de Condores, 5580m

Heureusement que j’ai des boules quiès la nuit et ce jour là, car le vent est fort et  fait vibrer la toile de la tente, on est bien au chaud dans le duvet!

Tente bien protégée avec de gros rochers

Monter la tente devient compliqué avec les rafales!

Meeting avec JF, Denis et Brian

La bonne fenêtre météo se confirme pour Dimanche. Je me sens en pleine forme et je décide de démarrer l’ascension de Nido de Condores (Camp2) au lieu du camp Berlin (Camp3). L’avantage d’être autonome est de pouvoir gérer son planning suivant la météo et sa forme physique. Je ne veux pas déplacer mon camp et dormir à une altitude plus élevée qui risquerait de me fatiguer.

Coucher de soleil à 5580m

Whaou!

J10: 9 décembre, Repos Nido de Condores

Donc ce sera repos ce jour et la météo se confirme très bonne demain matin avec des nuages en fin d’après-midi.

On sera 16 à démarrer l’ascension finale à partir de Nido de Condores dimanche alors que toutes les agences montent dormir au camp 3 à Coléra ou Berlin et partent de là-haut. On discute de l’heure de départ, il faut normalement entre 8 et 10 heures de montée depuis Coléra, donc 390m plus bas il ne faut  partir trop tard (Ne pas oublier la descente après tant d’effort). Finalement, 8 partiront vers 04h30, 4 à 2h00, 2 à 00h00, 1 vers 6h00 et moi à 5h15. Je me sens vraiment bien et rapide, donc je ne veux pas trop marcher de nuit quand il fait plus froid. Je pense monter en 7h ou 8h30 maximum si la fin est difficile avec le manque d’oxygène.

Atelier neige avant de la fondre

J11: 10 Décembre, Ascension Nido de condores-Aconcagua 6962m-Nido de Condores

Dénivelé: +1382m, -1382m, 5580m-6962m-5580m

Durée: 6h45, 5h15-12h00, retour 13h30-15h45

Je me réveille toutes les heures depuis 00h00, mais j’attends le réveil à 4h15 pour me lever (m’asseoir) dans la tente. Chauffer de l’eau, manger, m’habiller terminer mon petit sac d’ascension, mettre les 3 paires de gant et la doudoune, 5h15, en avant!

Des étoiles et des frontales au loin

Le jour se lève

L’ombre impressionnante de l’Aconcagua

Les rayons du soleil au loin

Juan, Argentin, parti à 4h30 il rentrera… à 21h30…

En 1h00 je monte au camp Berlin, 5930m et je passe plusieurs personnes partis de Nido de Condores comme moi.

Les Américains, Brian et Denis

Raide!

Vers 6400m je passe les groupes partis de Colera et Berlin

De nombreux groupes profitent de ce beau jour!

Un des 15 Thaïlandais (anecdote à suivre)

Independencia, un abris plus très abrité…

On chausse les crampons

Longue traversée vers la Canaleta

On a passé les 6500m, je me sens en pleine forme, je fais beaucoup de photos et je mange beaucoup de barres, c’est encore loin! Le temps est comme annoncé, parfait, soleil et pas un brin de vent!!! J’aurai un peu froid aux extrémités dans ce passage ombragé, mais rien de mal!

Frio et le sommet à gauche

La cueva au loin au soleil

Je rejoins JF, Jean François le Canadien, en forme aussi

Whaou

Repos mérité dans la cueva avant l’assaut final

Il est presque 11h00 vers 6700m et nous allons attaquer la partie la plus technique: la canaleta. Une pente à plus de 45° avec de la neige pluis des éboulis glissants. Chaque pas demande une forte concentration et de l’énergie.

Le sommet est si proche, mais nous passerons plus d’1H dans la canaleta

J’ai le casque, safe!

Arrivé sur l’arrête, vu sur la face Sud

Le sommet Nord, 6962m tout proche

3000m de vide, la face sud

12h00, j’y suis!

Quel bonheur, c’est superbe, majestueux, on est au dessus des Andes, des centaines de sommets à 5 et 6000 nous entourent. 2 Chiliens partis à 2h00 viennent d’arriver. Nous sommes 3 à célébrer et accueillir les randonneurs avec des bravos et accolades. Je me sens vraiment super bien, il n’y a pas de vent c’est exceptionnel, j’ai juste 3 épaisseurs.

L’excitation, l’euphorie, le soleil… je marque le coup!

Et on partage du Toblerone

Avec Brian et une championne Thaïlandaise

Après 1h30 au sommet, temps de redescendre

Je redescend le sourire aux lèvres en glissant dans la pente joyeux

Vers 15h00, le temps se crouvre, une tempête arrive

En un peu plus de 2h je suis de retour dans ma tente, j’ai été très rapide et je savoure le confort de mon studio en me faisant un chocolat. il est 15h45, certains arrivent juste au sommet, d’autres rentreront après plus de 15h d’effort dans le vent et le froid en fin de journée. Le lendemain j’apprendrai que 2 Thaïlandais en descendant du sommet se sont perdus et on passés la nuit à 6200m d’altitude, heureusement ils ont survécu sans gelure et on rejoint le camp au matin.

J12: 11 décembre, descente Nido de condores-Plaza de Mulas

Dénivelé: -1130m, 5580-4350

Durée: 1h30, 12h00-13h30

Il est temps de rentrer, la météo annonce beaucoup de vent toute la semaine, j’aurai aimé faire un autre sommet, mais le froid me refroidit l’idée et de retrouver Marielle m’enthousiasme.

Descente rapide avec tout le matos au camp de base.

J13: 12 décembre, Retour Plaza de Mulas-Horcones

Dénivelé: -1550, 4350m-2800m

Durée: 8h00, 10h00-18h00

Longue journée de retour, avec « juste » 15kg sur le dos. Plus de 30 km, c’est long!

On descend de la montagne..à pied!

Et au bout, une auberge à Puente del Inca avec 2 bons steaks et une bonne bière, que je partage avec JF, victorieux aussi de l’Aconcagua.

Et j’ai la bonne surprise d’apprendre que Marielle vient pour la journée visiter le parc le lendemain, on finit en beauté!

LOVE

 

Précédent

Valparaiso Chili – Retrouvailles avec les cousins

Suivant

11 mois en Amérique du Sud: Bilan


Warning: Use of undefined constant comment - assumed 'comment' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /homepages/21/d473947833/htdocs/clickandbuilds/mariellenicolas/wp-content/themes/lovecraft/comments.php on line 15
6
Warning: Use of undefined constant comment - assumed 'comment' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /homepages/21/d473947833/htdocs/clickandbuilds/mariellenicolas/wp-content/themes/lovecraft/comments.php on line 16
Commentaires

  1. Un grand grand bravo Nicolas !
    Nous sommes rassurés d’avoir de tes nouvelles !
    Super reportage !

  2. Les doudou de Montauban

    Alors là Chapeau Nico !!! nous sommes fiers de toi !!! Bon repos a toi apres cette superbe aventure ! Bises de Montauban, 102m d’altitude a son sommet !

  3. Cathy et Gérard

    QUELLE BELLE AVENTURE!!! … grâce aux bonnes conditions météo et à ta très grande condition physique!!!
    La montée rapide des nuages confirme que c’est la nature qui décide (avec ses dangers) et qui reste maître des lieux!
    Tu as eu de la chance d’avoir une belle visibilité sur le toit de l’Amérique et du coup de nous en faire profiter! Les photos sont superbes.
    Après ton récit oral, te lire nous fait re vivre ton ascension avec toujours autant d’émotion.
    C’est bientôt la fin de vos aventures en Amérique du Sud, …, bonne découverte de l’Océanie!
    Besos a los dos!

  4. Manou Papy mau

    Bravo Nicolas , quelle forme ! nous avons pensé a toi ! en voyant le reportage on comprend ton enthousiasme , c’est grand et beau !! nous vous souhaitons de belles découvertes en Nouvelle Zélande . Bises a vous deux

  5. Bibi

    Tu es le meilleur 😉😉😉 félicitation pour ton andurance et tes reportages toujours au top, tu pourras écrire un livre….
    Comme Didier et toute la famille nous sommes rassurés que tu ai retrouvé ta petite chérie.
    Je vois que la soupe de vermicelles fait parti du voyage….
    Bonne continuation à vous deux bisous bisous bibi 😚😚

  6. Ju Nic Chlo et Clem

    Un grand bravo à toi Nico. On a pris plaisir à te lire.

Les commentaires sont fermés

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén